top of page

La différence entre l'émancipation et la véritable liberté


La différence entre l'émancipation et la véritable liberté pour les Afro-descendants aux États-Unis et les Haïtiens, enfants de Dessalines



Dans la quête de justice et de liberté, il est essentiel de distinguer entre l'émancipation et la vraie liberté.


Aux États-Unis, les Afro-descendants sont souvent considérés comme des mineurs, tandis que les maîtres esclavagistes sont perçus comme des majeurs. Cette comparaison reflète la dynamique de pouvoir inégalitaire qui a caractérisé l'histoire de l'esclavage.


L'émancipation, dans ce contexte, a été une mesure légale qui a libéré les esclaves de la tutelle directe de leurs maîtres. Cependant, elle n'a pas garanti une véritable liberté pour les Afro-descendants. Comme l'a souligné l'Honorable Ministre Farrakhan, l'émancipation a libéré les Noirs de la main de leurs maîtres, mais pas de leur contrôle. C'était une forme de libération conditionnelle, où les Afro-descendants étaient encore soumis à des systèmes et des structures qui limitaient leur autonomie.


Aux États-Unis, malgré les avancées légales telles que la Proclamation d'Émancipation et les lois sur les droits civiques, les Afro-descendants restent confrontés à des obstacles systémiques qui limitent leur liberté réelle. La discrimination raciale, l'injustice sociale et économique persistent, maintenant les Afro-descendants dans une position de subordination par rapport aux maîtres esclavagistes d'autrefois.


En revanche, les Haïtiens ont une expérience différente. Ils sont les descendants des révolutionnaires qui ont lutté pour leur liberté et ont proclamé l'indépendance de Haïti en 1804, sous la direction de Jean-Jacques Dessalines. Pour eux, la liberté n'est pas simplement un concept abstrait, mais un héritage tangible qui imprègne leur identité nationale.


La différence entre l'émancipation et la véritable liberté est donc palpable. Alors que les Afro-descendants aux États-Unis sont encore en quête de leur pleine autonomie, les Haïtiens, enfants de Dessalines, ont déjà tracé le chemin vers une liberté authentique et inaliénable. Il est temps de reconnaître cette distinction et de travailler ensemble pour réaliser la véritable égalité et la véritable liberté pour tous.


Cependant, le travail n'est pas encore terminé. Nous devons nous dépouiller du "mental slavery" et tirer des leçons de nos expériences, que nous soyons Afro-descendants Haïtiens ou Afro-descendants aux États-Unis. Comme l'a souligné Dessalines, nous devons marcher sur d'autres traces, refusant d'être rayés du nombre des peuples libres. Le dépôt sacré de la liberté nous a été confié, et il est maintenant de notre responsabilité de le conserver et de le protéger pour les générations futures.


 

Alors que nous nous préparons pour notre prochaine étape, le séminaire "Konn Tet Ou", nous sommes animés par un sentiment d'urgence et d'espoir. Nous voyons dans cette quête de connaissance et de réflexion collective un moyen de transcender les obstacles qui nous ont été imposés, de retrouver notre véritable essence divine, et de bâtir un avenir de justice, d'égalité et de dignité pour tous.


Joignez-vous à nous dans cette exploration continue de notre histoire, de notre identité et de notre potentiel infini en tant que peuple noir. Ensemble, nous pouvons briser les chaînes du passé et embrasser un avenir de liberté et de dignité pour tous.



9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Parler, c’est supporter la vie

Parler, dire tel quel ce qui se déroule, c’est l’assurance de la vie, surtout notre vie, tandis que le mutisme est de se diriger tout droit vers la mort, celle de soi-même et surtout celle des nôtres.

Comentarios

Obtuvo 0 de 5 estrellas.
Aún no hay calificaciones

Agrega una calificación
bottom of page