top of page

Créer sa propre identité: Une réflexion inspirée par Jean Jacques Dessalines

Dernière mise à jour : 14 déc. 2023



Dans un monde complexe où les mots portent souvent le poids de l'histoire, la question de la réappropriation de termes chargés de connotations négatives reste un débat vibrant. Inspiré par les échanges autour du mot "Nègre" et la philosophie de Jean Jacques Dessalines, cet article explore la puissance de créer notre propre identité plutôt que de réagir à des termes imposés.




Réfléchir à l'histoire des mots


Les mots, bien que constitués de sons, ne sont pas intrinsèquement liés aux idées ni aux objets extérieurs. Cette déconnexion fondamentale entre les noms et la réalité observable s'exprime dans le constat qu'il n'y a pas de lien direct entre le mot et la chose dénommée. Pour exprimer cette absence de lien, on utilise également un mot “Arbitraire” créant ainsi une complexité linguistique.


Dans notre contexte, le mot "Nègre" est avant tout un son. Cependant, le problème émerge lorsque ce son est associé à une signification particulière chez les Européens en lien avec les descendants africains. Philosophiquement et historiquement, ce son a été utilisé de manière délibérée et dégradante pour désigner les personnes d'ascendance africaine, renforçant des stéréotypes raciaux et justifiant des pratiques discriminatoires telles que la traite des esclaves.


Ainsi, le son lui-même a pris une charge émotionnelle et symbolique négative en raison de son utilisation historique dans des contextes discriminatoires, ajoutant une dimension complexe à la réflexion sur la réappropriation de ce terme.


L'article 44 précise : « Les esclaves sont des biens meubles ». - Code Noir



Une identité propre chez les Haytiens/Haytiennes


Au cœur de la création d'une identité propre chez les Haytiens/Haytiennes réside un rejet catégorique de la pensée esclave. Cela s'illustre de manière poignante dans l'Acte d'Indépendance de 1804, où il est proclamé : "Et quelle déshonorante absurdité que de vaincre pour être esclaves. Esclaves !... Laissons aux Français cette épithète qualificative". Cette déclaration incarne le refus de se soumettre à la pensée esclave, soulignant l'absurdité de la victoire si elle mène à l'esclavage.


De manière concrète, la Constitution de 1805 consacre cette idée en abolissant l'esclavage à jamais. L'article 3 affirme que les Haytiens/Haytiennes sont frères et citoyens, établissant une égalité fondamentale, rejetant ainsi toute notion de servitude même dans le cadre d'un empire.


Il est crucial de noter que dans l'affirmation de l'Empire d'Hayti, le son, le nom, "Hayti" désigne un être souverain de lui-même, indépendant de toute autre puissance de l'univers. Ici, le Grand Peuple Négro-jelefween, Négresses et Nègres, partageant le même son, ne se réfère aucunement à l'asservissement ou à l'esclavage fruit de la pensée esclavagiste et de son porteur. C'est un acte d'affirmation de la souveraineté et de l'indépendance, définissant une identité qui transcende les connotations historiquement oppressives associées au terme "Nègre".



Une réflexion contemporaine


Dans l'optique de l'histoire des mots et de la construction d'une identité propre chez les Haytiens/Haytiennes, la réflexion contemporaine sur la réappropriation du terme "Nègre" revêt une signification profonde. Les déclarations catégoriques de rejet de la servitude dans l'Acte d'Indépendance de 1804 et la Constitution de 1805 établissent un socle solide d'affirmation de la souveraineté et d'indépendance.


Ainsi, la réflexion contemporaine doit s'inscrire dans cette lignée, cherchant à dépasser la simple réaction à l'oppresseur pour se transformer en une création consciente d'une identité propre. Bien au-delà de la simple réappropriation d'un mot, il s'agit d'une réaffirmation délibérée de la dignité et de la liberté. En redéfinissant le récit autour de la notion de souveraineté, la communauté haytienne invite à un acte de création consciente plutôt qu'une réponse réactive.


En considérant l'héritage de la lutte pour l'indépendance, la réappropriation du terme "Nègre" devient un moyen puissant de transcender les connotations historiquement oppressives. C'est un appel à "oser être libre par soi-même et pour soi-même", suivant ainsi la voie tracée par les leaders visionnaires comme Jean Jacques Dessalines. La réflexion contemporaine se transforme ainsi en une déclaration affirmée de la capacité à façonner sa propre identité, ancrée dans la dignité et la souveraineté.



 

Créer, plutôt que réagir


La dynamique de création plutôt que de réaction s'érige en principe fondateur dans la réflexion sur la réappropriation du terme "Nègre". Enracinée dans l'histoire riche et complexe d'Hayti, cette approche transcende la simple réponse aux oppressions passées pour devenir un acte conscient de redéfinition identitaire.


L'histoire d'Hayti, marquée par le rejet de la pensée esclave et l'établissement d'une nation libre, fournit un modèle puissant de création délibérée d'une identité propre. L'Acte d'Indépendance de 1804 et la Constitution de 1805 ont posé des jalons clairs, affirmant que le peuple Haytiens/Haytiennes ne serait plus jamais asservi.


Dans ce contexte, la réappropriation du terme "Nègre" ne se limite pas à une simple réponse aux préjugés historiques, mais devient une expression de pouvoir créatif. Créer son identité, c'est affirmer la dignité, la souveraineté, et la liberté de manière proactive. C'est refuser d'être défini par des termes hérités, optant plutôt pour une narration forgée consciemment, loin des stéréotypes et des connotations dégradantes.


Ainsi, créer plutôt que réagir devient un acte de résilience et d'autodétermination. C'est l'audacieuse affirmation que l'identité haytienne est une œuvre en construction, façonnée par la vision de ceux qui ont choisi la liberté sur l'asservissement. Dans cet esprit, la réflexion contemporaine transcende la passivité pour embrasser le pouvoir transformateur de la création consciente.



Conclusion:


En conclusion, la réflexion sur la réappropriation du terme "Nègre" doit s'inscrire dans un contexte profondément enraciné dans l'histoire d'Hayti, marquée par la lutte pour l'indépendance et le rejet catégorique de la pensée esclave. Les actes fondateurs tels que l'Indépendance de 1804 et la Constitution de 1805 ont tracé une voie audacieuse vers la création consciente d'une identité propre, affranchie des chaînes de l'oppression.


Dans cette dynamique, la réflexion contemporaine nous invite à aller au-delà de la simple réaction à l'oppresseur pour embrasser le pouvoir de créer plutôt que de réagir. La réappropriation du terme "Nègre" n'est pas seulement une réponse aux préjugés historiques, mais une déclaration affirmée de souveraineté, de dignité et de liberté, des droits fondamentaux inscrits dans l'essence même de chaque individu.


Créer son identité, c'est s'inscrire dans la lignée des visionnaires comme l'empereur Jean-Jacques Dessalines, choisissant délibérément la voie de la dignité plutôt que d'être défini par des termes hérités. C'est un acte de résilience, une démonstration audacieuse que l'identité haytienne est une œuvre en perpétuelle construction, forgée par la volonté de ceux qui ont préféré la liberté à l'asservissement.


Ainsi, la conclusion de cette réflexion nous invite à "oser être libres par nous-mêmes et pour nous-mêmes", à créer consciemment une narration qui transcende les ombres du passé et célèbre la puissance transformative de la liberté. En affirmant notre capacité à façonner notre identité en accord avec nos droits fondamentaux, nous honorons l'héritage de ceux qui ont tracé le chemin vers la souveraineté, établissant ainsi une nouvelle définition du "Nègre" débarrassée des connotations oppressives.










70 vues1 commentaire